Pourquoi le hygge nous les brygge ?

Vous vous demandez sans doute, chers amis lecteurs, pourquoi seul contre tous, votre petit Futiloscope chéri est resté muet sur le "Hygge" ? Mais si, vous savez, c'est ce fléau qui ravage la presse depuis l'automne 2016! Et surtout, depuis la sortie en France du "Livre du Hygge", best-seller mondial, les journalistes sont des gens assez moutonniers, en fait .

Néanmoins, si vous avez hiberné trop tôt, on vous le rappelle : le Hygge -  prononcez "Houga" ou "Hougueu", les exégètes divergent- désigne la quintessence du lifestyle à la scandinave. Il pourrait se résumer ainsi :  par -20 , on est mieux à l'abri, une tasse fumante à la main et les petons dans des chaussettes douillettes, qu'à patauger dans la gadoue verglacée . Assez balèze, effectivement, la leçon de bonheur ! Cette philosophie velue du froid  - le totem absolu du Hygge , c'est la peau de mouton drapée sur un fauteuil- repose en effet sur les joies du foyer et l'éclairage aux bougies. La chaleur de l'un et la douce clarté de l'autre mettent  dans le coeur des gens le soleil qu'ils n'ont pas dehors, vous voyez le topo.

Pour ceux et celles qui ne sont pas tombés de la dernière tendance, tout cela rappelle furieusement, sous la couche scandi-chic de rigueur, le cocooning des années 80. Et la même tentation un brin autarcique, qui sent vite le renfermé ... Car, disons-le tout net, c'est pas follement stimulant,  le Hygge ! Déjà qu'on peut tout se faire livrer à la maison -du petit plat gastro-chic à la manucure- et que Netflix veille sur nos soirées, on n'avait pas besoin de cet alibi supplémentaire pour bunkeriser tranquille ... Cette responsabilité  dans le grand repli sur soi général ne semble pourtant retenir en rien les vendeurs de lampes ( italiennes) , de chaussons en cachemire (suisses) et autres couvertures  en mohair ariégeoises : pas une pub ou un communiqué de presse qui nous épargne le coup opportuniste du Houga-Houga , en ce moment ! En attendant le prochain trip, qui serait le "Lagom" , concept minimaliste suédois, lui,  et qui tourne autour du "Ni trop Ni pas assez". Là, ça va être moins facile, néanmoins, de nous fourguer des trucs...

Le ronchon Futiloscope a la prétention de savoir de quoi il parle. Ces jours-ci, il est au Nord de la Finlande, dans une petite maison  rouge. Effectivement, sauf quand il s'agite sur ses skis de fond, il est mieux derrière ses rideaux Marimekko, avec un jus d'airelles chaud. Indéniablement, les nordiques adorent les éclairages tamisés, il est impossible de lire au lit dans cet endroit (mais c'est pratique pour d'autres activités). Le Futiloscope aime beaucoup le  pays de Moumine le Troll, personne ne l' a forcé à venir. Mais si on lui demande  le fond de sa pensée : Pantelleria, l'été, à l'heure du Passito, quand le soleil, vu d'un banc de pierre encore tiède, plonge dans la mer, ça se pose un peu mieux là que le Hygge, comme art de vivre !