Pourquoi tous les tee shirts s'appellent Simone ?

Vous en avez assez des sweat shirts qui brament Amour en lettres noires ou rouges ? Le Futiloscope aussi ! Ca tombe bien. Même si quelques marques peu finaudes persistent à en farcir leurs vitrines, le vent tourne. Le tic montant serait plutôt le tee- shirt en coton blanc portant fièrement un prénom sixties ou seventies … "Bonjour Françoise" clame t’on chez Monoprix cependant qu’une "Brigitte" ou un  "Jacques" du meilleur effet paradent ici ou là … Sans oublier bien sûr le "Merci Simone" de notre amie Yiddish Mamma, ce grand ancêtre autrement signifiant, assez grossièrement pompé en "Bravo Simone", ailleurs,  cette rentrée… Françoise, c’est  pour suggérer Sagan, Hardy ou Dorléac ? On a le choix, aucun indice ne perce sur le site de Monop'. Jacques, c’est Cousteau - pas Chirac !- nous dit la marque Bobo Choses, qui aime les océans !  Simone ? Vous voyez assez bien l’allusion. Brigitte … Macron ou Bardot ? L'enseigne  Weekday est suédoise, c'est pourtant un hommage à la première dame, dont le first name est aussi désuet que le perlimpinpin de son époux.
Ce tribut à des figures ou des prénoms des 30 Glorieuses dépasse t-il le clin d’œil vintage facile, toujours bon à prendre dans un pays qui aime ressasser sa gloire passée ? Le Futiloscope est tenté de croire que oui. Car cette avalanche de petits noms surannés ne se limite pas au chiffon. Un genre d'esprit  granny chic souffle aussi sur beaucoup de lieux récents . Cette fois, c’est plutôt la génération des Germaine qui s’y colle. On compte ainsi à Paris, en ce moment, deux « "Odette" ( un bar à choux et une « auberge urbaine » ) , une "Marcelle" ( cantine healthy lancée) et tiens,  à nouveau, un "Chez Simone"( club de sport qui se la joue) ! Relevons aussi deux  "Arsène" ( chaine d’omelettes et  espadrilles modernes  ) , une "Polette" ( marque de lunettes) et une "Apoldine" ( eshop de cosméto bio) ! Sans doute une "Monique" ou une "Arlette" sont-elles déjà dans les tuyaux d’un Bar à Jus ou d’une Granola Factory en plein business plan …
Nos amis les millenials qui sont souvent derrière ces choix plus ou moins rétro feraient–ils leur petite crise de parano ? Dans ce monde cruel, ouverts aux vents violents de la mondialisation, tenteraient-ils de résister à leur manière ? Ce même conservatisme inconscient les pousse sans doute aussi à boire des cocktails chez Bonhomie  ou à l' hôtel Bienvenue, grignoter des bols chez Bonté,, acheter du pain chez Utopie et encore d'autres des tee shirts  La Boum chez Patine,  se sustenter au "Bel Ordinaire, chez Comice bientôt, et en attendant, aux… Résistants  justement. Quand ils ne font pas leurs courses dans ces "Maisons"  qui ont précédé de peu la "Simone Mania" ( il y a aussi une App de beauté à domicile qui s’appelle ainsi, tiens !) . Tendance au repli franchouillard symbolique ou tocade sans conséquence ? On attend juste l’épidémie de petits Jean-Luc dans les cours de récré de maternelle pour trancher ….

Photo:  Sweatshirt Bobo Choses