Pourquoi on doit faire semblant d'avoir transpiré ?

Alerte rouge  ! Après des années de stigmatisation du nez luisant et des joues empourprées, ces symptômes vulgaires d'agitation réprouvés par la bienséance bourgeoise, voici qu'une conspiration ourdit le complot inverse. On est priée de remballer sa camelote matifiante, poudre et petits buvards inclus.  Le teint tendance, sous le nom poétique de "gym skin" ( en vf : la peau d'après gym), brille au contraire à des emplacements stratégiques ( la fameuse zone T, un comble  !) et affiche des pommettes comme rosies par l'effort.  Pas une actrice ou une it girl  qui ne sorte, y compris à Cannes, sans scintiller comme un phare, éclairant une humanité encore ignorante de cette révolution en marche.

Personne ne vous demande pour autant de faire de l'exercice, avant de partir en goguette sans vous éponger la figure . Ce serait trop  facile ... Il faut imiter savamment cet éclat , avec force sticks illuminateurs , censés procurer un " glow subjuguant" comme disent les pros , jamais en panne d'expressions nuancées.  Nous ne nous étendrons pas sur les techniques à déployer pour obtenir ce fini moite ultra "naturel" ,  fils légitime des tendances Effortless et No Make Up. Après s'être "réveillée comme ça"  ( les fameux selfies de stars  " I woke up like this" ) , on est donc censée désormais sortir dans le simple appareil d'une beauté que l'on vient d'arracher à sa classe de Pilates .

Ce que la "post workout skin" - son autre petit nom - dit  des obsessions du moment est en revanche édifiant  . Non contente d'exhiber sur Instagram des bols de fruits, de baies, de graines … et sa pratique assidue de défis physiques variés , la fille dans le vent doit porter en étendard sa bonne santé  sur le visage. Comme elle ne peut pas forcément pratiquer tous les jours le dépeçage de grenades et le cross fit, elle simule. Un pis aller autrefois pratiqué dans d'autres  circonstances mais bon, ça fait un moment que le healthy a remplacé le sexe.

En plus, cette mine simili fraiche va plutôt très bien avec le retour du survêtement à bande en ville, le port massif du legging et des baskets hors salle de sport et la déferlante "athleisure" ( le  mot snob pour sportswear) dans nos vestiaires. Evidemment, les choix capillaires in sont aussi guidés par cette esthétique : exit le brushing, par ici les queues de cheval foutraques, façon je reviens de la barre au sol , et les carrés flous, comme ondulés par une bonne suée à la séance abdos-fessiers !  On se sait pas ce que Véronique et Davina , qui faisaient sans états d'âme leur Gym Tonic pomponnées à mort  pensent de tout cela ...

Photo : Gigi Hadid