Pourquoi on colle des zigouigouis sur nos habits ?

Quel choc, cet été, quand votre ado vous a soudain demandé  « y a un fer vapeur, dans cette baraque ? » ! Voulait-elle apprendre à repasser? Non : juste appliquer une série de « patches » (en français : insignes thermocollables) sur son blouson en jean chéri. Un combo cactus–taco-œuf au plat ? Un arc-en-ciel, une banane épluchée, une tranche de pain de mie, des onomatopées ? Une flopée d’émojis ? Les sites spécialisés Big Bud ou Ball&Chain proposent un choix immense de ces petites choses tissées et colorées, disponibles aussi en version « pins », à épingler. H&M ou Forever 21 s'y sont mis aussi. Même le BCBG Madewell diffuse les créations de la boutique brooklynoise Pintrill, le temple de la néo-broche.

Dans l’univers du luxe, la patchmania sévit aussi. Gucci sème toute une ménagerie sur ses denims. Anya Hindmarch fait un tabac, de Mayfair à l’Upper East Side, avec ses « stickers » pour sac en cuir embossé. Marc Jacobs a organisé des « patch parties » à New York et L.A (3 écussons offerts pour l’achat d’un Gotham Bag à 500$, waouh!). Mais c’est quoi, ce nouveau tic ? Le « patching » a tout va serait-il l’alternative soft au tatouage, pour ceux qui n’osent pas sauter le pas ? (dans ce cas, avis à nos ados : on sponsorise votre collection ! ). Sûrement. Mais c’est surtout une étape de plus dans la « personnalisation du vêtement », voire le D.I.Y (Design It Yourself), un trend qui déferle  sur la  mode actuellement. Après les prénoms partout ou les escarpins Prada customisables de 8740 façons (eh oui!), le patch, plus abordable, est le truc du moment pour ne surtout pas s'habiller "comme tout le monde". Vraiment ? Comme il y a déjà des portants entiers de bombers, Tee-shirts ou parkas… déjà bardés d’écussons chez toutes les enseignes de fast-fashion, on en doute!

Faut-il donc bouder une tendance qui se mord déjà la queue ? Trop frustrant ! En France, trois jeunes maisons artisanales l’interprètent plus subtilement. On adore les pins et écussons provoc’ de Coucou Suzette, ou les patches sophistiqués d’Habit Cactus, repositionnables, et made in France à la main. Quant aux broches brodées  du duo Macon-Lesquoy, elles nous enchantent depuis 2009 déjà. Comme leur discours, pile dans l‘air du temps : « Nos petits bijoux permettent de réparer nos pulls en cachemire mités, nos trenchs tachés et toute autre pièce sentimentale de notre armoire que l’on ne peut se résoudre à quitter ». Comme les coudières ou les « reprises » de jadis , en beaucoup plus joli ? On se patche de ce pas!