Pourquoi on va mettre des gants sur nos pieds ?

Le Futiloscope, en séminaire à New York il y a peu -comme vous ne pouvez l'ignorer- a remarqué un fait troublant. Partout, dans les boutiques de fringues d'obédience austère (pudique?) à pantalons larges, chemises de garçon et manteaux robes de chambre (genre Cos et ses consoeurs plus snobs), se pavanent des chaussures zarbis. Très souples, très moulantes. Un peu comme si le pied était le seul autorisé à porter des slims  désormais ! Bref, une sorte de croisement entre la ballerine (pour la forme) et l'escarpin de dame (pour le petit talon ringard, qui est parfois plat, cela dit )... Si vous ne visualisez pas, les voici ici.

Nous avons d'abord cru, dans notre candeur ignorante , qu'il s'agissait de "hooties" , le grand ovni de la rentrée, acclamé par les journaux féminins. Nous nous trompions , la "hootie" , c'est ça (même si, vous l'admettrez, c'est parfois proche) . Après de nombreuses investigations, nous sommes parvenues à mettre un nom sur cette chose : il s'agirait de "Glove Shoes", amusant et éclairant néologisme ( quoique moins rigolo que "Shloves", on ne nous a pas consultées, dommage).

D'où sortent t'-elles ?  Pas d'une montée en grade brutale de Méphisto et Geox , le cartel bien connu du chaussant retraité, comme on pourrait le croire ! Mais de la quête inspirée du créateur Martiniano Lopez Crozet (pour nous inconnu au bataillon, jusqu'à cette affaire) . Ce natif de Buenos Aires - apparemment connecté au bon carnet d'adresses New- Yorkais - aurait  travaillé dès 2011 sur " des chaussures minimalistes,  inspirées des mocassins argentins traditionnels et des chaussons de danse, qui épousent la forme des pieds". Il fait l'objet , dès cette époque reculée aussi, de la vénération des influenceuses. Devenu best-sellers sur Net à Porter, ses Glove Shoes initiales (et cousues main, d'où leur prix) ont inspiré plein de beau linge. Comme par exemple, Céline et ses  "Ballerina" élastiquées, elles aussi  promues nouveaux classiques de la maison depuis l'été 2015 ... Cet automne (il faut du temps à la rue pour digérer les trucs lourds ! ), tout le monde s'y est "enfin" mis, des marques chic ( Margiela) aux grands sites (Top Shop ou Uterque).

Que faire de ces énièmes "ugly shoes" (ou "fugly shoes" pour Fashion et Ugly, bien sûrqui, depuis les Uggs, colonisent les petons branchés chaque saison, sur l'air du "si c'est moche, c'est beau " ?  Celles -là sont en outre aggravées d'un ADN Mamie  -ne voulant pas brutaliser son Hallux Valgus - particulièrement osé.  Et leur effet  " Man Repellant" est redoutablement avéré. Eh bien, on va d'abord y aller du  " Moi Jamais ! " habituel. Et puis, comme à chaque fois, notre petit oeil influençable va s'habituer,  jusqu'à les trouver " très cool, finalement" . Les Glove Shoes arrivent pile au moment où on sature de la basket , sans avoir forcément envie de renoncer à son confort... Allez, on ne vous ( nous)  donne pas un mois pour capituler !

Photo : les "Calder Heels" de Rachel Cowey