Pourquoi on est las du bla-bla ?

Difficile de ne pas les avoir remarquées, sur les abribus parisiens, il y a une dizaine de jours ! Des affiches " Je suis allergique au beige, sauf si c'est un beige hystérique! " et autres "Je peux avoir du champagne, c'est pour un selfie?  " avaient littéralement envahi notre temps de cerveau disponible... Il s'agissait, pour ceux à qui ça aurait échappé,des perles recueillies par le famous Loic Prigent auprès des clients du Bon marché. Une collab ' avec le très chic grand magasin. ( cabas, mugs, torchons, carnets ...) leur rend  actuellement hommage. On a souri une fois ou deux puis ressenti très vite comme une forme d'indigestion face cette avalanche d'aphorismes absurdes. Encore y avait-il chez eux une vraie dose de second degré !  Ce qui est loin d 'être le cas avec tous les mantras que l' époque aime nous asséner non stop ... Il y avait le bon mot. Il y a désormais le mot bon .

Le Futiloscope s'est déjà énervé plusieurs fois sur ces tee-shirts à message bien  pensants . Cette vague bavarde ne se tarit pas, sortant du champ militant pour lui préférer désormais la déclaration absconse mais poétique. Ainsi le simili-rimbaldien "Physically, I am here.  Mentally, I am far far away"  ) , vu cette semaine sur le torse d'une ado....  Ou ce clip du jeune girl band branché Juniore , où l'on lit les paroles -minimales-  sur une flopée de Petit Bateau blancs ! Nos maisons n'échappent pas non plus à ces tentatives de lobotomisation douce. Mais elles, c'est plutôt le slogan positif , leur kif... " When it Rains , Look for Rainbow "clame cette boite -lumineuse sur la cheminée! "On n'est pas bien, là ?" renchérit ce cadre . Sans parler des fadaises qu'il convient désormais d'écrire à la craie -entre deux "racheter PQ" - sur le pan de mur en ardoise de sa cuisine... Un vrai tic chez ces petites familles qui vont trop à la Fiac ( où la phrase définitive arty est un vieux truc, maintenant) !

Souvenez-vous de la première fois que vous avez lu  ce genre de petites ritournelles  feel good...  C'était peut être dans une boutique de musée soldant ses stocks Ben. C'était plutôt sûrement sur un tableau noir , devant ou à l'intérieur d'un coffee shop New Yorkais.   Ou chez l'un de leurs suiveurs à Açai Bowl  du 1O ème arrondissement, un peu plus tard ! Cette manie pontifiante nous viendrait donc d'une tentative habile pour rendre l'expérience-client cool ?  Cela donne à réfléchir à à la  sincérité souvent affichée de ces cris du coeur ... Instagram et sa moulinette globalisatrice sont  aussi à la manoeuvre : quiconque a plus de 3 abonnements voit circuler non-stop des invitations à la sagesse ou des citations appelant à l'amour du prochain... Rien qu'au cours des 2 dernières heures , le Futiloscope a ainsi pu profiter d'un  " Si vous êtes nés sans ailes , ne faites rien pour les empêcher de pousser" et d'un "When you ask something with deep sincerity, it will always be granted " tout à fait inspirants, comme on dit.  Tellement inspirants que l"on n 'a plus besoin de penser vraiment, c'est ça qui est bon! On notera que l'anglais est souvent de rigueur dans les mantra-lalas. Tant mieux parce que sinon, on se taperait plein de " Il faut cultiver notre jardin" tout à fait énervants