Pourquoi le panier refait une percée ?

Reine anglaise de l’hôtellerie branchée , la décoratrice Kit Kemp vient d’ouvrir The Whitby, son deuxième établissement new-yorkais. Ce qui fait le buzz depuis l’inauguration ? L’installation arty au dessus du bar : 52 paniers traditionnels, accrochés en grappe, ambassadeurs de toutes les Iles Britanniques, de la Cornouailles aux Scilly, du Pays de Galles à l’Ecosse. Des fois qu’il prendrait l’envie aux clients, après 2-3 Martini, d’aller carder des moutons à tête noire ou glaner des salicornes…Quelle consécration pour cet humble accessoire ! « Humble », façon de parler…Le tout est « curaté » par la boutique The New Craftsmen de Mayfair, qui vend par exemple une (sublime) corbeille à linge à 528£. Mais à ce prix-là, on saura tout sur la « basket maker » qui a tressé le saule selon des techniques ancestrales dans le verdoyant Sussex. Le vannier serait-il le nouveau potier ? Comme les pichets en grès, ces nouveaux "beaux objets"  sont du genre  artisanal et « traçable » : tout pour plaire ! Destiné au départ à un usage ultra-précis, qu’il soit austère et fonctionnel comme en Europe du Nord, ou multicolore et équitable (les villageoises ghanéennes ou colombiennes s’éclatent apparemment à le confectionner), lui aussi est champion de storytelling !

Pour la maison, on fait le plein chez Pom Pom Paniers, le pop-up ouvert par les Petits Hauts (ils sont gais, rayés et malgaches). Ou à La Trésorerie, qui propose - en collab’ avec A Vida Portuguesa- des cabas tressés aux Açores, ou les flapbags (paniers à rabats) colorés de la fabrique familiale Toino Abel. A savoir : dans les corbeilles, au lieu de flanquer du linge sale, on dispose plutôt, désormais, des brassées de fleurs séchées. On s’en sert aussi -nouveau tic déco- de cache-pot pour sa monstera et autres plantes tropicool. Même chez Ikéa, qui a sérieusement upgradé son rayon vannerie avec sa collection-capsule Jassa, chaque produit « est fait à la main par des artisans qualifiés, ce qui le rend unique » !

Après cela, bien sûr, il vous faut de l'osier en bandoulière ou au bout du bras! Le modèle sicilien à pompons des Muzungu Sisters a désormais des copies partout. Et la mode unanime nous refait le coup du « petit panier » à la Birkin, tellement cool, tellement bohème…Des cabas gypset, des couffins, des aumonières tressées , des paniers de marché, à crevettes ou de pique-nique revisités en sac à main, il n’y a que ça cette année, de  Prada à  Zara !

Peur de frôler l’overdose avant l’été ? Et que ces « pièces uniques » aient rapidement l’air un peu clonées ? Osez le stage de vannerie ! Chez L’Oseraie du Possible, après avoir appris à tresser l’« osier vivant » dans le Finistère ou en Lozère, peut-être serez vous tentée d’en faire un métier ? Au rayon reconversion, chez les céramistes, on refuse du monde, désormais. « Vannier(e) », en revanche… ça sera bientôt du dernier chic sur une carte de visite.

Photo: Sang An /NYT