Pourquoi on porte la culotte ?

Normalement, quand le Futiloscope entend parler de lingerie, il a envie de bailler … Entre les trucs outrageusement sexy – genre leçon n°5 : feindre l’indifférence » , les push-up obèses H&M, les chaines pour minettes, tous les clones plus ou moins ratés de Victoria Secret’s , les classiques cool Toi ma petite Dim, les trucs pas si mal du Monop', les Princesses qui font du Tam Tam et les sublimités trop chères, le marché semblait à maturité, comme on dit. C’était compter sans nos amis les millenials, ces générateurs infatigables de tendances, aux pieds desquels les marketeurs aiment à se rouler sans la moindre dignité. Visiblement les filles Millenial ont, en ce domaine là aussi, des goûts très tranchés. Leur assertivité en a dans le slip, si l’on ose, et le "Body Empowerment" de cette génération s’accommode de dessous culottés. D'ailleurs,  beaucoup de marques qui s'adressent à elles font poser des "vraies filles" avec leurs qualités et ... leurs défauts.

Résumons donc . Les millénials veulent des culottes qui ont plein de trucs à dire, comme elles mêmes ? Bim, une floraison de petites choses à message survient. Du prénom de chéri stratégiquement brodé au message féministe ou  provoc, ça pérore sec sous les jeans boyfriend. Elles veulent faire de leur fesses ou de leur kiki un chef d'oeuvre ? Eh bien, il y a des maisons qui font bosser des artistes sur le sujet : la petite culotte arty ou allégorique est née, suivi de près par son copain, le soutif à gros yeux ou fausses mains pop art… Les Millenials ne veulent plus se casser la tête à chercher bêtement le bas ou le haut d'une "parure coordonnée" (comme disait leur grand mère) ? Des gens déboulent qui ne font plus que du "Mix & Match", c’est à dire des tas de hauts et de bas flashy à mélanger, mais en plus joli que des machins piochés au pif dans le tiroir. Elles veulent de la lingerie fine, mais vraiment fine, hein, pas reulou , hein, juste « hyper jolie » ? Hop, plein de jeunes marques font dans la dentelle de Calais ou le satin sans sortir la grosse artillerie à armatures, qui prend un vrai coup de vieux au passage…

A l’inverse, elles ne veulent plus faire fifille du tout ? Et voilà la lingerie "neutral " (ou non genrée) , anciennement appelée "unisexe" , qui met des boxers aux deux sexes ( et juste des brassières à celles qui en ont besoin) ! L’offre ciblées sur ces donzelles -  c'est la jalousie qui s'exprime !- donne littéralement le vertige : sur la nouvelle "market place" Exposed , spécialement dédiée aux sous-vêtements féminins pointus , c’est bien simple , le Futiloscope connaît à tout casser deux marques sur la flopée présentée … Mais il a déjà trouvé sa préférée : Le Petit Trou, c’est pas chouette, ça , comme nom ?

Photo : Lickstarter