Pourquoi la mode nous stabilote ?

 Fluo Alert ! Si vous croisez de bon matin, à Paris, Londres ou New York, un jeune individu mâle ou femelle vêtu d’un ciré fluo oversize bardé de bandes réfléchissantes, n’allez pas croire naïvement qu’il part sécuriser l’entrée des enfants devant l’école du coin . Ni qu’il court après ses collègues du camion-poubelle . Il s’agit plus probablement d’un hipster qui sort de club. Le genre qui casse sa tirelire pour s’acheter des habits signés Vêtements/Off White/ Virgil Abloh pour Vuitton. Et étudie vaguement dans une école d’art…

 Attention, travaux ! Alors qu’on n’a JAMAIS réussi à persuader nos ados d’enfiler un gilet jaune pour pédaler l’été en rentrant de boite, voilà que les vêtements « high vis » (haute visibilité) squattent soudain les podiums pointus. Il y a plein d’impers de pompier et de combinaisons de cosmonaute Stabilo chez Raf Simmons pour Calvin Klein 205W39NYC ; même ambiance « men -et women-at work »  chez Burberry cette saison ;  et kyrielle de holsters  pétard (Louis Vuitton pour l’été 2019, ci contre), ceintures XXL rappelant les mètres ruban des travailleurs du bâtiment (sold out chez Off White !), bananes multipoches  revisitées un peu partout... Miuccia Prada vient aussi de ressusciter - sa cultissime Linea Rossa des années 90, coupe vents et combis high tech (nylon, résille) et high vis scotchés de son  logo caoutchouté.

Sur mesure pour Insta . Ca va prendre, ce truc là, IRL ? On parierait bien que oui. D’abord parce que les rappeurs, influenceurs en chef des millenials, adorent. Kanye West arbore régulièrement des habits flashy de travailleur du bâtiment. Tout comme ses confrères  A$ap Rocky (ci-contre ) ou le trio Migos, qui portait récemment, façon Frères Jacques , les fameux ensembles Linea Rossa, donc, en première partie de Drake. Yes, le Futiloscope NYC avait un jeune DJ sous la main en écrivant ce post...  Autre bon point  ? Sur les réseaux sociaux où capter le regard plus d’une demi-seconde devient un vrai challenge, la parka « high vis » jaune ou orange, au moins, c’est …voyant !

Habits spécial dystopie . Le vêtement de travail infuse la mode depuis deux décennies .  Dans ce contexte, ces tenues d’employés de voirie ou de ferries sont juste une nouvelle étape. Une énième déclinaison du « normcore ». Ou de ce trend qui nous vaut depuis deux saisons une déferlante de vestes et « bleus » d’ouvrier des années 60 (voir ici). Le workwear nous la jouait rétro ? Désormais, les designers nous inondent plutôt d’habits pour temps incertains, dérèglement climatiques et catastrophes annoncées. Les combis intégrales de Walter Van Beirendonck (photo) évoquent les liquidateurs de Tchernobyl. Et les masques anti–virus ou poussière de gravats, chez Off White toujours, le déblayage des décombres d'un futur 9/11... Trop  stylés, ces nouveaux déguisements de Playmobil ! Dommage que, comme toujours, ils coûtent au moins un SMIC.