Pourquoi les start-up adorent les règles ?

A  l’orée de ce grand week end Pascal, le Futiloscope a un peu la flemme, il l’avoue, de vous servir une de ces analyses brillantes et profondément étayées dont il a le secret. Alors, il va juste s’égayer un peu, avec vous,  d’une révélation qui l’a frappé, cette semaine, en recevant son 10 ème mail du mois sur le lancement imminent d’une nouvelle ligne de culotte menstruelle. Kesaco ? Sur les traces de Thinx, marque américaine pionnière, plein de petites maisons frenchy rivalisent désormais de propositions plutôt canon censées remplacer les tampons et même les cups, qui étaient déjà un genre de révolution. Fempo, Smoon, Elia, My Holy … , tout le monde y va, sur l'air du  "Une petite culotte pour la Femme, un grand pas pour l'Humanité", de ses minettes guillerettes en slip technique. De préférence non retouchées et de format ou de couleur très divers – c’est un peu les mêmes codes que pour les marques de lingerie pop féministe branchées-! Et se livrant à des cabrioles hardies ou s’enlaçant à 12 , sans doute en proie à une crise de sororité aigüe, c'est apparemment aussi un passage obligé. Voila pour l'ambiance, pour le "Comment ça marche", en revanche, on vous laisse regarder vous-mêmes.

Le Futiloscope persifle mais trouve ça formidable, évidemment : tout ce qui peut éviter aux femmes de s’introduire dans le corps des trucs à la composition douteuse est bienvenu. Avec les tampons bios -pour lesquelles les box fleurissent aussi-, c’est même la bonne nouvelle du moment, cette effervescence sur le sujet des protections périodiques safe ! Mais ce qui l’amuse – il ne pense qu’à rigoler, le Futiloscope, c’est bien connu-, c’est surtout que le créneau des "Periods" (qui sont si cool, comme dirait Monki) soit visiblement devenu le chouchou des jeunes entrepreneurs en quête de sens, cette espèce si répandue dans les générations Y et Z. Après la maroquinerie ou la bonneterie Made in France ( hello le Slip Français, pour rester dans un domaine proche ) , les ragnagnas  ( sorry, on est à court de synonymes) sont-elles le nouveau business qui va faire démissionner de leurs "bullshit jobs" en cabinets de conseil ou dans la finance les jeunes diplômés des écoles de commerce ?

En tout cas, à lire les Manifesto des marques en question, la lutte contre la précarité menstruelle et l’égalité de toutes face aux règles sont en train de supplanter, dans l’imaginaire micro-activiste entrepreneurial qui va bien, le soutien aux savoirs -faire de nos amis les merveilleux artisans ( le précédent story telling préféré). Intéressant, non ?

Photo : Thinx