Pourquoi on va prendre un avocat ?

Puisqu’on rempile jusqu’au 2 juin, sans vraiment recouvrer la liberté de circuler, le Futiloscope continue sa tournée virtuelle des popotes tendance ! Aujourd’hui, il invite Charlotte Leguay, créatrice de Solveig, formidable petite maison de textiles déco exclusivement travaillés à la teinture végétale. On adore ses indigos profonds qui emmènent jusqu’ au bout de la terre, en Afrique ou au Japon, c’est selon ; ses coussins qui ressemblent à des paysages de dune ou de ciels d’orage ;  ses foutas comme éclaboussées de soleil ou de mer turquoise ; ses nappes qui rendent leurs consoeurs en lin lavé unies si mortellement ennuyeuses … Rencontrée à l’automne dernier, c’est aussi Charlotte qui nous mis la puce à l’oreille sur l’avènement de la teinture végé comme alternative – on n'y croyait plus !- à la céramique, au rayon travaux manuels « inspirés » et gna gna gna...

Evidemment, Charlotte est bien plus sérieuse que nous : ce qui l’a conduite à plonger dans ce bain-là, était de l’ordre de la réinvention personnelle, pas moins.  « Après une carrière de DA dans la communication, j’ai eu terriblement envie de renouer avec une création plus personnelle et plus éthique. C’est ainsi que Solveig est né. Cette reconversion a été pour moi une révélation… J’ai trouvé dans la teinture végétale une expression extrêmement riche et en accord avec ma volonté de faire bien. Pour la planète, pour les autres et pour moi. ». Le confinement a bouleversé ses habitudes  : « je suis partie avec mes filles trois jours avant l’annonce officielle dans une petite citadine de location chargée jusqu’au toit par nos bagages sommaires -2 robes, 1 pull, un jean, 1 t-shirt -et tout mon atelier ! On a littéralement voyagé les genoux dans le menton. Je me suis installée en Charente Maritime, dans la maison de vacances de mon enfance. Ici, j’ai pu aménager mon atelier dans le jardin, tout en veillant sur mes filles. Ce cloisonnement contraint a libéré mon imaginaire. La teinture végétale a été pour moi une échappatoire, une source infinie de créativité. Une façon de prendre la tangente, en somme ».

Et comme Charlotte est partageuse, elle a mis au point, juste pour le Futiloscope, un petit DIY "easy peasy " de teinture végétale, à bricoler avec les épluchures de ses avocado toasts. Le tout, ouf, sans « mordançage », la partie un peu toxique du processus quand on est confiné entre 4 murs …

L’AVOCADO TUTO DE CHARLOTTE

Le matos nécessaire :
● Les peaux et noyaux d’au moins 6 ou 7 avocats,  plus c’est encore mieux ! ( 4 avocats pour un torchon en lin, 20 pour un grand drap )
● des tissus de récup’ de couleur claire : un vieux drap, un torchon, une taie d’oreiller en fibre végétale ( coton, lin ), un pull ou un foulard en fibre animale ( laine ou soie ).
● Une marmite qui a déjà tout donné, celle que vous alliez jeter…
● Un grand couteau de cuisine
● Un chinois ou une passoire+ un bout de tissu pour filtrer

Première étape : la décoction d’avocats
- Bien laver et gratter les peaux et noyaux d’avocats, stockage au congélo
conseillé en attendant d'avoir la bonne quantité
- Hacher menu-menu les peaux et les noyaux avec le grand couteau
- Mettre les avocats et les noyaux hachés dans la vieille marmite avec ce qu’il faut d’eau pour le volume de tissu choisi.
- Couvrir et faire chauffer tranquillement jusqu’à forte ébullition ( 90°/ 100° ), laisser « cuire » au minimum 1 heure.
- Filtrer le bain à l’aide du chinois ou de la passoire+tissu fin

La décoction est prête, vous pouvez la conserver quelques jours au frais.

Deuxième étape :  la teinture finale
- Tiédir le bain de teinture et y plonger le tissu à teindre
- Faire doucement monter en température jusqu’à 70/80° pour les fibres animales et 90° pour les fibres végétales
- Laisser tremper les fibres entre ¼ d’heure et une bonne heure en fonction de l’intensité de rose souhaitée. L’avocat donne des couleurs qui vont du poudré au brun.
- Sortir le tissu de la décoction et l'essorer délicatement sans le tordre (ni vous brûler) . Le laisser s'oxyder à plat à l’air libre 1/2 h, l’avocat contient beaucoup de tanins et la teinte va s'intensifier.

-Rincer ensuite à l'eau claire ( le rinçage est une nouvelle oxydation) et poser sur une corde à linge pour le séchage.

- Pour l'entretien, laver à la machine ou à la main avec une lessive bio ou du savon de Marseille, à une température compatible avec le tissu. Votre oeuvre ne bougera plus ! 

Pour aller plus loin...
- Si vous voulez créer des motifs, vous pouvez compresser le tissu par endroits avec  des pinces à linge en bois, des élastiques ou tout simplement en faisant des noeuds.
- Pour les plus téméraires, il y a de nombreux tutos de shibori sur internet. Le shibori est une méthode japonaise de pliage de tissus qui permet de créer de ravissants motifs graphiques.

On attend les photos ! 

Crédit photos @ateliersolveig