Pourquoi on se gave de cottage kitsch ?

Décidément, il y a du bucolique dans l’air. Le Futiloscope vous le signalait déjà dans sa précédente livraison. Au rayon fashion, on évoquait l’omniprésence des robes à fleurettes romantiques et rétro, mi-Belle des Champs, mi Marie-Antoinette. Ce trend, apparemment, ne compte pas se limiter au vêtement. Tout ce qui évoque le rural, le champêtre, les grands champs de blé semés de coquelicots et les petites maisons dans la prairie a la cote, actuellement. Les quotidiens nous le répètent : des milliers de citadins récemment pris au piège dans leur appartement riquiqui rêvent désormais de s’acheter une maison dans les bois !

Rien de plus désirable, en ce moment, que cette abstraction nommée « campagne ». C’est à dire l’idée qu’on s’en fait quand, comme les hipsters dont le lien avec le monde rural se résume à commander des cabas bio, on n’a jamais vu de près une étable pleine de bouse ou une ferme en activité. Ce fantasme de nature, justement, n’a jamais autant circulé sur la Toile qu’aux pires heures du « lockdown » des grandes villes. Sur Instagram, sur Twitter, sur « Cosy Tumblr » (une nouvelle extension de Tumblr entièrement consacré à la vie rêvée rurale), et même sur TikTok  (la plateforme préférée de nos ados), #cottagecore est le nouveau hashtag qui cartonne. On s’en sert pour taguer toutes sortes de photos et de vidéos champêtres. Sur la planète #cottagecore, on croise plein de gentils zanimaux qui ne dépareraient pas chez Disney : chevreaux qui gambadent, grenouilles, hérissons pelotonnés, oiseaux qui gazouillent, abeilles qui nous préparent du bon miel …On habite des maisonnettes couvertes de mousse et de rosiers grimpants, avec du linge qui sèche au soleil, des gâteaux qui sortent du four et bien sûr …du pain au levain maison ! . Et quand on ne cuisine pas ? On s’occupe de ses poules en salopette immaculée et fichu en Vichy, on glane, on brode, on fait des bouquets…

Ah là là ! Il faut bien que jeunesse se calme …Le New York Times et The Guardian, qui se sont tous deux penchés sur le phénomène, décodaient ainsi cette déferlante d’images gnangnan. Coincés en ville entre les cours (ou les réunions) sur Zoom et leurs parents, vivant plus que jamais leur vie sur écran, les 15-30 ans ont eu besoin de d’évader en s’immergeant –virtuellement- dans l’exact contraire de leur quotidien confiné : un « safe space » en pleine nature, où pratiquer toutes leurs chères marottes DIY. Pas un hasard s’ils avouaient aussi, pendant cette période d’enfermement, avoir joué des heures à« Animal Crossing », le nouveau hit de Nintendo. Retiré sur une ile déserte (mais pas exotique), on y rencontre plein de bestioles qui parlent, on construit son chalet ou son cabanon, on va à la pêche, on fait pousser des fleurs et des arbres fruitiers…

Un épiphénomène comme cette étrange époque en a engendré à foison ? Pas si sûr. Pas besoin de loupe à tendances pour constater que le  « cottage  kitsch »… est en train d’envahir la déco. Chez Urban Outfitters, le faux scandinave et le cheap minimaliste cèdent peu à peu la place aux draps fleuris et aux rideaux de douche assortis (photographiés sur de grosses baignoires à pieds rétro), au chintz et aux indiennes, et même aux voilages en dentelle de mamie (qui viennent aussi de faire leur apparition chez Ikea). On se croirait dans « Little Women », l’adaptation récente, par Greta Gerwig des « Quatre filles du Docteur March ». Logique : c’est le film-culte de la communauté #cottagecore 

Et comme tout un troupeau de tendances précédentes avait bien défriché le terrain  (la céramique, la botanique, la vannerie, la fleur séchée, le granny-chic : en gros, révisez tout l’onglet « home » du Futilo !), la fast-déco et les marques pointues s’y mettent aussi. Cette saison, les vases, les mugs façon « première année d’atelier de poterie » , sont plus rustiques et beigeasses que jamais. La vaisselle est assortie, ou à l'inverse, délicate et semée d'imprimés vieillots . Le rotin ?  Pensez moins miroirs-soleil fifties que bergères ou patères (où suspendre un régiment de chapeaux de paille). L’abat-jour , le rond de serviette –tout un symbole- , la cruche à eau ventrue , font aussi leur grand come-back. Les fleurs séchées s’incrustent ?  Les édredons, les boutis, les fauteuils à z'oreilles ultra cosy leur tiennent désormais compagnie. Chez Démodée, on a vu réapparaître un objet tout droit sorti de l’époque où l’on achetait des « fermettes à retaper » : la bouteille à cidre en grès montées en lampe de chevet ! Chez Søstrene Grène, on remonte encore plus loin dans le temps avec de (ravissants) bougeoirs à poignée, à promener dans la maison, comme avant l’invention de l’électricité. A quand le grand retour du pot de chambre ?

On vous aura prévenus …Si vous envisagez désormais de télé-travailler à plein temps dans votre résidence secondaire, il va falloir refaire toute la déco. Et si vous êtes encore en chasse d’une petite maison au vert, on a un conseil pour vous : visez directement la chaumière ! Le temps que les pros de l’immobilier s’aperçoivent que c’est LE bien qui monte, il y a des affaires à faire !