Pourquoi on est si primaire ?

Le Futiloscope vous le dit tout net, cette tendance le laisse pantois ... Avez vous remarqué l'avalanche, ces derniers temps, de bijoux ultra régressifs, comme échappés d'une cour de récré particulièrement girly ? On veut parler de ça ou de ça, bref, de tous ces colliers, bracelets ou cordons d'i-phones, truffés de perles en plastoc, de messages cul-cul sur cubes ou de smiley divers ! Des tas de grandes filles, plus ou moins quadras, les arborent désormais, sans le moindre scrupule apparent ...

@rockshopandsmile

Les intéressées ne les ont même pas reçus pour la Fête des Mères ( comme cadeau drivé par une professeure des écoles en rupture de collier de nouilles ). Non, non, elles les achètent de leur plein gré et ... plutôt cher sur les e-shops d'une palanquée de petites marques branchées - et assez photo-copieuses- ! C'est un peu comme si une puissante nostalgie des ateliers Perles de Rocaille pour goûters d'anniversaire étreignait soudain toute une classe d'âge ...

@simoneabordeaux

Il y a eu une précurseuse, évidemment, c'est la créatrice Lauren Rubinski . Elle faisait du bijou fifille un brin parodique (entre autres jolies choses) dès 2018. Son idée n'est pas passée inaperçue, c'est le moins qu'on puisse dire. Après le gimmick coquillage cauri, omniprésent l'an dernier, place donc au tic toc, coloré comme les bonbecs des boums de CM1.

@laurenrubinski

Que penser de cette infantilisation revendiquée ? On a tellement morflé ces derniers temps qu'on a envie de retourner à la case insouciance de l'enfance ? Bah, trop psy à 2 balles ... C'est encore un coup de kawai à la japonaise-coréenne (qui change un peu d'Hello Kitty ou des mini bestioles diverses) ? Pourquoi pas ! On cherchait de nouveaux porte-mantras et ça le fait, Love ou Peace, en lettres -cubes ? Sans doute, le filon - et la niaiserie ambiante- semblent inépuisables ...

@billypocket

Le Futiloscope ne tranchera pas : il sait simplement déjà que tout ça va faire de super DIY mère-fille, cet été. Bien plus bankables que les bracelets en élastique, scoubidou, crypto-brésiliens et autres horreurs annuelles, lors des opérations de rackets aoutiennes (euh .... ventes privées familiales, pardon) que les gamines aiment souvent organiser... Un stand au marché s'impose presque, non ? Trop tard, il y en a déjà plein ...