Pourquoi l'arbre se raccroche aux branches ?



Trois ans après le post définitif du Futiloscope sur l’irruption de la forêt au rayon tendance, on vous ressert la soupe ? Est-ce bien sérieux de se chauffer encore de ce bois-là quand on se vante de sniffer l’air du temps plus vite que son ombre ? Eh bien oui, chers lecteurs, trois fois oui … Un petit update s’impose. Le sujet, à l’époque parfaitement confidentiel, est devenu entre-temps une vraie tarte à la crème. Les arbres, les arbres, les arbres, en ces temps où l’on est contraint de se méfier de ses frères humains, comment, en effet, ne pas leur vouloir du bien (et pas seulement quand on est le maire de Bordeaux ) ? Petite revue de détails (et pour nous, ça veut dire beaucoup) …

L’arbre fait des feuilles. C’est un peu le même syndrome que pour le hygge ou le rangement. Depuis le livre fondateur, ici La Vie Secrète des Arbres, best seller inopiné dû à un garde forestier allemand (qui en est depuis à son troisième volume), les opus arboricoles se ramassent à la pelle. Même s'il faut abattre des forêts au passage, l’imagination (ou la photocopieuse) des éditeurs galope : l’énergie, le pouvoir, le langage, les bienfaits des intéressés font carton plein, jetez un œil sur Amazon, onglet Sylvothérapie, c’est édifiant ! Il y en a pour les grands, les petits, les couples, les single, les familles, les bobos, les babas, bref, l’arbre ratisse large. Quant au cadeau de diner cool (quoique distancié) qui cartonne en ce moment, c’est le chic petit volume de Giono L’homme qui plantait des arbres en Collection Blanche. Perso, le Futiloscope l’a déjà reçu deux fois…

L’arbre fait du team building. Il y a 3 ans, aller câliner des troncs et méditer sous les futaies était encore un truc d’allumés ou de privilégiés, en week end de ressourcement dans un bel endroit . Et le concept de Shirin Yoku, quoique japonais, toujours du chinois pour la plupart … Depuis, c’est peu dire que la pratique du bain de forêt s’est démocratisée ! N’importe quel office de tourisme un peu pourvu alentours a désormais son offre, ainsi qu’une palanquée de campings (mais oui) avisés, on vous le signale pour l’été prochain. Normal, du coup, qu’emmener les équipes courir les bois pour se rapprocher tente de plus en plus les boites. En plus d’être trop sympa (quand on a déjà fait le plan Nos amies les Abeilles, bien sûr), quoi de plus Covid friendly ?

L’arbre s’offre. Attention, on ne parle pas de ces adoptions plus ou moins bidons de chênes-truffier, qui ont été, un temps, le cadeau idéal de Noël pour papas qui ont déjà tout (y compris un Coravin) . Non, il s’agit cette fois d’offrir virtuellement un bouleau pour fêter un diplôme (ah ah, ça s’appelle le langage des arbres ?), un merisier pour un mariage ou carrément un « pack forestier » de 18 arbres . Rien à voir non plus avec les pauvres avortons d’olivier vite crevés qu’on trouve chez les fleuristes ! Là, le propriétaire de l’arbre planté par une exploitation sylvicole vertueuse suit la croissance de son protégé, peut lui rendre visite et reçoit un jour (à horizon 42 ans environ) les recettes de sa mise en coupe. Le but étant – évidemment- d’aider à « séquestrer le carbone » par la création de forêts durables … Encore plus classe ? Trouver son arbre protecteur selon l’astrologie des Celtes et le planter dans son jardin … Ca se fait ici !


L’arbre se boit. Vous avez déjà essayé la sève de bouleau, l’eau d’érable et la tisane de bourgeons de pin sylvestre -ou le sirop maison assorti- ? C’est bien. Mais l’infusion d’écorce de tilleul (dite Aubier de tilleul, spécial détox) ou de saule (anti-migraine), en jettent nettement plus avec leurs chouettes copeaux hyper naturalistes…. Pour Noël, il y a même un coffret dédié chez Nature et Découvertes. Allez, rangez-nous ces bêtes infusions de thym !

L’arbre fait de chouettes DIY. Si vous en étiez encore à ramasser du bois flotté sur la plage pour traficoter des pieds de lampe, le Futilo vous arrête tout net. C’est désormais sur celui ramassé en forêt que vous allez exercer votre créativité. Le récent et bien joli Sculpter la Forêt enseigne comment bricoler cuillères, crayons, mobiles, bols de ce matériau-là.. Et si on a la flemme, l’e-shop de son auteur, tourneur sur bois vosgien, est une mine de soliflores en noisetier, sycomore, sapin, modestes et sublimes ….