Pourquoi c'est retour vers le folklo ?

Ou comment on s'en va de plus en plus souvent faire un tour vers les plaines d'Ukraine et les steppes lointaines pour upgrader son look .... Casatchok !



Les looks folklos, certes, ça fait un moment qu’on en soupe. Souvent rebaptisés Boho ou Gypset , ils flirtent en général plutôt avec le navajo, le mexicain, l’amérindien… Le retour du quilt, du patchwork ou du crochet coloré, l’été dernier, a certes amorcé un virage plus … caucasien, disons. Tout comme l’affection non démentie dont bénéficient les cardigans et les blouses en dentelle autrichiens sur les sites vintage depuis un ou deux hivers … Ce tropisme Mittel Europa était-il un signe annonciateur ?

Cette saison, c’est franchement le vent des steppes qui souffle sur nos jupons … Le Futiloscope, qui se souvient que Saint Laurent ou Kenzo ont eu leur saison russe en leur temps, le voyait venir : un territoire à la fois ethnique et vintage qui, contrairement aux autres, n’a pas été relabouré depuis longtemps ? C’est pratique. Et puis, c’est toujours joli d’aller faire un tour du côté des Balkans, rapport à leur goût immodéré des grosses fleurs et des galons qui claquent ( les fleurettes mièvres et la broderie anglaise, à force, c’est lassant) . Des marques qui pour certaines relevaient presque du déguisement ( n’est-ce pas Manoush, à laquelle on concèdera sa constance ) se retrouvent donc d’un coup parfaitement désirables.

D’autres, nettement plus girouettes virent leur cutie Babouchka à grands coups de robes et de blouses qui singent les broderies paysannes de villages qu’on imagine roumains ou tchèques.


Le petit gilet en fourrure brodé ou "folk" spécial week-end dans ma datcha - qu’on appelait parfois « afghan » dans les années 70 mais là, ça ne fait plus rêver personne- fait son retour, repompé tel quel sur le modèle originel ou vintage : sur le site Imparfaite Paris, qui est toujours un bon baromètre, il y en a plein, rapidement sold-out.


Les têtes se coiffent volontiers de fichus en lainage chamarré qu’on verrait volontiers sur les grands-mères qui vendent d’ordinaire leurs herbes et leurs petits châles tricotés main au sortir des marchés moscovites ou pétersbourgeois. Comme couvre chef parisien, ça surprend mais la pièce se vend aussi très bien dans les friperies, avec les chapkas d’ailleurs …


Aux pieds, même topo : du fourré, du brodé, du bois peint qui, même s’il vient d’Espagne, d’Italie ou de Scandinavie, sent les plaines d’Ukraine. Le sac en velours ouzbek bien chamarré a aussi droit de cité sur les sites chics, ça change un peu des bananes street wear, il est vrai.


Doit-on aussi cette inspi Grand Est à l’intuition que pour une fois, il n’y aura sans doute pas de procès en appropriation culturelle ? Pas assez loin, pas assez différent, ça devrait le faire … Les Tziganes pourraient peut- être le prendre mal, à l’occasion, mais on ne peut pas dire qu’on leur tende beaucoup de micros.

En déco, c’est plus clair. Trop de sud ( Maroc, Sicile, Portugal …) et trop de Nord ( le scandi-chic, comment dire.. ? ) ? Il restait l’Est comme valeur refuge… Le kilim moldave fait une irruption - une éruption ?- spectaculaire dans des endroits qui vendaient jusque-là beaucoup de berbère beige et noir. Le coussin en Suzani – ouzbek, là encore- y va de sa petite percée intrigante ( mais que va-t-on faire de tout ce wax ou ce block print ?)…

Daniel Rozensztroch, famous directeur artistique de Merci, a d’ailleurs passé ses vacances d’été en Roumanie, c’est dire où son cœur tendance le porte … Ca ne se voit pas encore trop au temple du lin lavé et de la céramique sobre mais ça viendra peut être.

Ailleurs, on commence à voir de la vaisselle rouge et rose, fleurie comme une matriochka, même si elle est anglaise, un comble ! Dans les brocantes, les couleurs des services granny chic se réchauffent et osent le motif plus chargé, façon assiettes murales de datcha. Même frémissement du côté du cristal de bohème coloré - repéré à la Trésorerie- qui repointe le bout de son nez fragile, sans encore oser trop la grandiloquence ultra embossée et flambloyante du genre. Ca viendra peut être aussi … Comme les plateaux en bois peint laqué de nos mamans ?

On en reparle dans quelque temps ? Par exemple, après être allés à la mystérieuse Maison Russe , restau-boutique-concept et dernier bébé du serial entrepreneur Laurent de Gourcuff, qui ouvre bientôt dans le 16 ème …