Pourquoi on va passer l’été en grandes (et grosses) pompes ?

Ou comment les chaussures moches sont devenues le pied absolu....

En cet été 2022, l’heure est grave, très grave. La tribu toujours grandissante des « Birk addicts » a peur. Depuis que cette vénérable maison allemande a été rachetée par LVMH, les pires rumeurs courent. "Ils vont nous flinguer la marque et filer la direction artistique à Rihanna", chuchote t-on ici … "Avec leur goût de ch..., on ne va plus trouver que des Arizona en croco avec des clous et des franges", persifle t-on là … Il est vrai que la première collab' décidée par le groupe de luxe s’est effectivement faite avec … Manolo Blahnik ! Oui, la star des stilettos, façon Sex and the City première saison. Ce n’est pas de très bon augure, on est d’accord.


Au-delà de l’histoire de chacun avec la célèbre claquette orthopédique
( le Futiloscope se souvient avec émotion d’avoir acheté ses premières Birk chez Anatomica, dans le Marais et les nineties), ce rachat en dit long sur un plus vaste sujet. Il témoigne que les "fugly shoes" anatomiques et/ou utilitaires ( pour rappel F pour fashion / Ugly pour très vilaines) , les chaussures hideuses donc, sont définitivement sorties de l’enfer des parapharmacies. Résultat des offensives conjuguées du « moche-cool » et du confort d’abord, plus personne ne risquerait une remarque sur leur allure pataude. L’Arizona de Birk est imitée à peu près par 100 % des marchands de souliers, y compris dans sa version patte d’ours fourrée. D’ailleurs, même le sabot à bout rond de la marque -le Boston en daim sable- indéniablement moins évident avec son allure Bécassine chic, a refait sa percée au pieds des influenceuses, au printemps . Pour mater l'étendue des dégâts, c'est ici ...
La Birck n’est bien sûr plus toute seule au rayon Fugly depuis belle lurette. Le Futiloscope vous parlait dès 2016 de la montée en hype de la tatane de randonnée à scratchs. Ca a été long mais nous y voilà : portée par la tendance "gorpcore" ( le look campeur en ville, pour faire simple), elle aussi est devenue nettement plus mainstream. Cette habituée du trek a un peu pris la grosse tête au passage ( avec des semelles plate- forme et des tas de fantaisies strassées ou fluo, notamment ) mais est devenue tout à fait socialement acceptable, hors du Canal Saint Martin. Voire cagole, parfois …

Même scénario pour les Crocs. Ces sabots ricains en plastoc apparus vers 2010 qui -au mieux- évoquaient le monsieur du vestiaire à la piscine municipale, au pire l’employé des abattoirs exposé à des fluides divers, a longtemps eu très mauvaise presse. Vite aimé des nordiques, des allemands, des bataves et de leurs enfants, on se pinçait un peu le nez en Europe du Sud devant cet ovni coqué ( et pas très coquet). Quelques coups marketing plus loin (une collab’ Balenciaga, une autre avec Justin Bieber …), voici les Crocs à leur tour tout à fait gentrifiés. Faites votre auto-critique : les regardez-vous avec tant d’horreur que jadis ? Non! Le Futiloscope s’est lui-même surpris à pousser ce printemps des petits cris d’extase devant une vitrine du Vieux Campeur, où des modèles turquoises et vert pomme "sublime" lui faisaient de l’œil. Il s’est retenu mais porte néanmoins des gros "clogs" en cuir gras depuis plusieurs hivers. Le plus dur est fait.

Pour achever ce panorama de la grolle qui déconstruit la féminité sous les vivats de la foule, citons aussi la claquette de piscine, devenue une chaussure estivale à part entière. Elle aussi récupérée par plein de marques, elle s’affiche désormais en version hypertrophiée, molle et rebondissante ou en éponge doudou. Bref, le Grand Mou, et pas seulement pour flâner au bord de la Grande Bleue! Regardez les pieds des filles, en dessous de leurs tailleurs-shorts dans le métro…


Ça, c’était pour les fugly shoes de base, dirons -nous … Des petites nouvelles au bataillon ? Nous notons une percée relativement tentaculaire de la méduse, dite aussi "crab shoes" par nos amis américains … Salement hybridée avec une grosse semelle pour pied bot – alias "chunky"-, elle est récemment sortie des bacs dus bazar de plage pour folâtrer sur les sites d’e-commerce les plus pointus. Adieu, les chouettes fillettes du bord de mer breton , bonjour les créatures cheulous des boites branchées ? C’est un destin, on ne saurait le nier.

Enfin, sans doute pour pallier la banalisation atroce de la Birk, il a bien fallu trouver une nouvelle élue snob. C'est visiblement fait ! L'heure de gloire de la "Pescura" semble enfin sonner à nouveau ! Mais si, vous voyez ... C'est cette claquette à la semelle en bois de hêtre et à boucle dorée qui prenait gentiment la poussière dans les vitrines des vieilles pharmacies, aux côtés des ceintures lombaires ...Inventée par William Scholl, en 1899 pour "tonifier les muscles des jambes", elle a déjà eu son épisode de gloire dans les années 70, aux côtés des sabots suédois. Depuis, RAS. Et soudain bim, on ne revoit plus qu’elle sur les modeuses ! Adoubée par Erès et Ganni qui l’ont relookée, déclinée dans des couleurs exquises, rebaptisée "Iconic" par sa marque-mère, c’est l’ultime revenante dans le game, façon infirmière vintage, cette fois.

Doit-on y voir un hommage subliminal tardif aux héros de la pandémie, les soignants ? Ce serait assez classe, mais le Futiloscope n’y croit pas des masses. Parions plutôt sur un nouveau et malin jeune patron ( ou patronne) venu du luxe chez Scholl ! Allez, en attendant de savoir ce qu'il en est, on va attendre patiemment que Méphisto entre à son tour dans la danse avec ses fameux "trotteurs à talon décroché". ...